Histoire de l'Exotic Shorthair

Page 1

Qu'est-ce qu'un Exotic Shorthair ?

Une question de ce genre revient très souvent parmi celles posées par les amoureux des chats. J'essaie toujours de l'expliquer ainsi : un Exotic Shorthair n'est rien d'autre qu'un persan à poil court. Il y en a aujourd'hui pour chacune des couleurs du persan.

Quelle est son histoire ? C'est celle d'un chat "made in USA" apparu relativement récemment dans le monde félin, à la fin des années 50. Au départ, il est né de façon insidieuse. De nombreux éleveurs obtenaient ce genre de chat sans vraiment le vouloir : soit en croisant leurs persans avec des chats à poils courts (dans le but d'obtenir des nouvelles couleurs), soit en croisant leurs américan shorthair avec des persans (dans le but de renforcer l'ossature).

Que faire de ces chats qui ressemblaient fort à des persans, tout en ayant le poil court ? Les éleveurs se posaient sérieusement la question. Certains d'entre eux militaient même pour l'américan shorthair (le chat du terroir américain) évolue vers ce type extrême ... Mais leur proposition fut repoussée.

C'est à ce moment-là qu'intervint Jane Martinke, une ancienne juge de la C.F.A. Celle-ci trouva la solution grâce à une idée à la fois simple et géniale : pourquoi ne pas créer une nouvelle race qui rassemblerait tous ces chats à poils courts hybridés de persan ? Ils seraient jugés sur le même standard que le persan, à l'exception de la longueur de la robe, et répondraient au nom d'"exotic shorthair". La création de l'exotic shorthair présenterait en outre l'avantage de "purifier" la race des américan shorthair, en la débarrassant de tous les sujets aux ancêtres incertains. Convaincante, la proposition de Jane Martinke fut acceptée. Et la race fut reconnue par la Cat Fanciers' Association le 1er mai 1967.

Il faut ajouter que d'autres hybridations entrèrent dans la "recette de base" de l'exotic. Une certaine Carolyn Bussey, en particulier, croisa une persane avec un burmese. Au lieu d'obtenir des persans chocolat - ce qui était son but - elle ne récolta que des chatons à poil court ... mais tellement mignons qu'elle décida de créer une lignée à partir de ces chats. Elle contribua ainsi à la naissance de l'exotic shorthair.

Aujourd'hui, la race est bien fixée. Les croisements sont désormais inutiles, et même interdits. Seul le mariage avec le persan est encore utilisé par les éleveurs dans le but de renforcer le type. C'est pourquoi les portées d'exotic sont souvent des portées "mixtes", composées à la fois de chatons exotic et de chatons persans.

Durant les trois premières années de leur existence, aucun des Exotic Shorthair exposés (quand il y en avait) obtint le titre de Grand Champion. Le premier Exotic obtint ce titre en 1971. Il s'agit de Silver Secret of Gay-o, un mâle silver-shaded. Silver Secret était un "chat transféré", qui avait obtenu le titre de Grand Champions non seulement comme Exotic Shorthair, mais auparavant déjà, comme American Shorthair dans une autre fédération. Silver Secret fut le meilleur Exotic cette année-là. Bien que les Exotic Shorthair apparaissaient de temps en temps en exposition, une reconnaissance par les juges et les éleveurs de persans ne se fit que lentement et de façon hésitante.

Les changements sont souvent l'objet de préjugés et la présentation de l'Exotic Shorthair n'y fit pas exception. Un grand nombre d'éleveurs de persans pensaient qu'une relation avec les Exotics ferait du tort à leur réputation et péjorerait la qualité de leurs précieux chats. Une grande majorité de gens pensaient que l'Exotic Shorthair n'était pas "vraiment" une race distincte et qu'ils n'avaient rien à faire dans la Fédération. D'autres étaient d'avis que leurs chats de moindre qualité étaient assez bons pour l'élevage de persans à poil court. C'était une période énervante pour un éleveur qui voyait des possibilités dans un élevage nouveau et qui savait que seuls les meilleurs persans donnaient de beaux Exotic Shorthair et pouvaient satisfaire le Standard du persan. Mais ce qui était encore le plus important, c'était de gagner la reconnaissance et le coeur des éleveurs de persans.

Page 2

Aujourd'hui, pour ceux qui veulent se lancer dans l'élevage d'Exotic Shorthair et les présenter en expositions, ou même seulement faire l'acquisition d'un de ces chats, la route est grande ouverte. Beaucoup d'entre eux ne savent probablement pas quels efforts a coûté leur introduction. Certains éleveurs de persans ont cependant pressenti que l'Exotic Shorthair pourrait devenir un magnifique chat d'exposition et commencèrent l'élevage de chats à poil court avec leurs propres persans. Ils étaient sûrs de pouvoir conserver les admirables qualités du persan, sa douce expression du visage, son corps puissant et court sur pattes et son caractère calme, mais avec une fourrure courte, facile à entretenir.

Ce sont Norbert et Elke Deutschmann (affixe Pahlewi) qui, en emmenant en 1979 les deux premiers Exotic Shorthair des USA en Allemagne, introduisirent les premiers Exotic Shorthair dans la FIFé. Il s'agit de Jondom Cyrus, bleu et Jondom Phoebe, bleu crème. Ces deux chats sont le point de départ de l'élevage allemand d'Exotics. En 1980, la famille Deutschmann fit encore l'acquisition d'un étalon Exotic silver-shaded aux USA. Ils bâtirent leur élevage d'Exotic Shorthair silver et golden sur Kamishas Jade af Pahlewi. Leur plus grand succès fut le Gr. Ch. Int. Pahlewi`s Exotic Mighty, un étalon silver-shaded, qui, au cours de la saison 1983/84, obtint le titre de meilleur chat à poil court et de quatrième meilleur chat de la 1. DEKZV e.V.

L'élevage d'Exotics silver n'a pas autant de succès aux USA. Pour les éleveurs américains, il faut beaucoup trop de temps pour obtenir de beaux Exotic Shorthairs silver. A cause de leurs yeux verts, les silver doivent autant que possible être mariés entre eux, c'est pourquoi il faut beaucoup de patience pour obtenir des Exotics silver bien typés. En Europe, en particulier au sein de la FlFé, on peut par contre admirer de superbes silver. C'est peut-être les Allemands en particulier qui ont montré le plus d'endurance dans l'élevage d'Exotic Shorthair silver. 1984 fut la grande année : l' Exotic Shorthair fut reconnu par la FIFé avec le statut CAC. C'est à cette date que l'Exotic Shorthair prit son envol en Europe. De plus en plus de chats furent importés des Etats Unis, des lignées les plus diverses. Si, auparavant, il s'agissait principalement des lignées "Jondom" - et "New-Down", des représentants des lignées "Desmin et Squire" s'y ajoutèrent. Ce sont ces célèbres lignées américaines qui amenèrent le gène poil court dans l'élevage européen d' Exotic Shorthair.

L'Exotic Shorthair en Suisse

L' Exotic Shorhair, appelé simplement "Exotic " dans la FIFé depuis le 1er janvier 1992, est une race relativement jeune. C'est en 1981 que les premiers exemplaires arrivèrent en Suisse. Ils furent présentés pour la première fois à l'exposition féline internationale de Frauenfeld. Il s'agissait de la femelle smoke "New Dawn Smoky Sassys" ainsi que deux chatons silver-shaded provenant de l'élevage "Delarys". Deux autres chats furent importés peu après : la femelle bleue "Funny vom Marquardstein" et un mâle bien typé, "Pahlewi's Exotic Dusters", qui peut être considéré comme l'un des ancêtres de l'Exotic en Suisse. Comme aujourd'hui encore, on mariait autrefois des persans avec des Exotics. Un éleveur avait ainsi aussi bien des chatons à poil court que des chatons à poil long dans la même portée. Même dans les premiers mariages entre Exotics, on avait des des chatons à poil long, donc des persans, dans la portée. Dans la plupart des cas, l'Exotic Shorthair était hétérozygote pour le poil long, donc porteur du gène poil long. Ces Exotics à poil long ne sont pas admis en exposition aux Etats-Unis. Ils sont considérés là-bas comme des Exotics à poil long, ce qui du point de vue génétique est un non-sens.

Dans le Livre des Origines Helvétique ils sont enregistrés comme persans et peuvent donc être présentés en exposition. Au cours de ces dernières années, les Exotics furent principalement mariés entre eux. Nous avons donc un certain nombre d'Exotics homozygotes en Suisse. Personnellement, je n'ai plus fait de croisement avec des persans ces dernières années, ce qui ne veut pas dire que je ne le ferai plus jamais. Lors d'un croisement avec un persan, il faut surtout faire attention à la qualité de la fourrure. Ce qui est important, c'est la densité de la fourrure et non sa longueur. Un Exotic doit avoir une fourrure aussi laineuse que possible. Il va de soi que seuls les chats bien typés doivent être mariés parce que nous voulons obtenir le museau typé et plat du persan. Un persan typé à poil un peu court n'est par conséquent pas forcément le partenaire le plus approprié pour un Exotic. Les chatons persans issus de tels mariages peuvent avoir une magnifique robe longue mais, malgré tout, je n'utiliserais plus ces chats dans l'élevage de persans.

Page 3

Comment un éleveur reconnaît-il les Exotics et les persans dans une portée de nouveaux-nés ? Aussitôt après leur naissance, dès que les chatons sont secs, on sent chez certains une robe feutrée, un peu rêche au toucher : ce sont les Exotics. Les chatons à la fourrure couchée et brillante deviendront des persans plus tard. Tout ceci a l'air très simple, pourtant des éleveurs expérimentés se sont souvent trompés.

Par rapport aux autres pays européens, c'est en Suisse que l'Exotic est le mieux représenté. On peut voir 30 à 40 Exotics dans les expositions. Toutes les variétés du persan sont représentées. Quelques éleveurs se sont spécialisés dans les colourpoints et se sont forgés une réputation sur le plan européen grâce à leurs excellents résultats. L'Exotic a fait sa place même dans les variétés de tabby les plus diverses, parce que la robe tabby est mieux mise en valeur chez les chats à poil court que chez leurs frères et soeurs à poil long. Personnellement, je me suis spécialisé dans les couleurs chocolat et lilac.

L'année dernière, deux chatons mâles de couleurs extrêmement rares, l'un chocolat silver tabby et l'autre lilac silver tabby, sont venus au monde dans mon élevage. On n'avait encore jamais vu ces variétés dans des expositions à l'étranger. Parmi les plus célèbres Exotics élevés en Suisse il y a l'étalon black smoke "Nepomuk de la Cataracte" et sa fille "Ursolinos Pepita". Ces deux chats remportèrent un grand nombre de "Best in Show" dans les expositions de toute l'Europe. Le "Best in Show" est la distinction la plus élevée en exposition. En ce temps-là les Exotics étaient encore jugés dans la catégorie "chats à poil court", ce qui, à mon avis, était tout à fait correct. Les juges de la catégorie "poil court" faisaient mieux attention aux fautes comme prognatisme, les yeux qui coulent, déformations du squelette, etc.. Même si cette race était nouvelle pour les juges et bien que beaucoup de juges "poil court" invétérés n'acceptaient pas l'Exotic comme véritable chat à poil court, ces chats magnifiques avaient quand même une grande chance de remporter leur titre dans la multiplicité des races de cette catégorie.

Depuis le 1er janvier 1991, l'Exotic est jugé en catégorie I (chats à poil long) dans la FlFé. Pour les éleveurs ce fut un nouveau défi, car depuis cette date, Exotics et Persans sont en concurrence dans les Nominations pour le "Best in Show " . Sous sa longue fourrure coulante, le persan peut encore cacher certains défauts, ce qui n'est pas le cas pour l'Exotic. Il est donc plus difficile aujourd'hui pour les éleveurs d'Exotics d'être représentés au "Best in Show". Je considère aujourd'hui encore que la décision de l'Assemblée Générale de la FIFé de mettre les Exotics dans la catégorie "poil long" n'était pas très bonne. Pourtant en 1992, une femelle Exotic black tabby "Valencia de Ia Cataracte" a obtenu, grâce à son nombre de points en exposition, le titre de "Meilleur chat Suisse" dans la catégorie Persan/Exotic. En 1994 également, le "Meilleur chat Suisse, catégorie castrat Persan/Exotic" était un Exotic, le IC+GIP "Viktoria de la Cataracte", une femelle black silver tabby. Avec 31 points, elle avait obtenu le plus grand nombre de points, toutes races confondues.

Pour terminer j'aimerais signaler quelques particularités du caractère de l'Exotic Shorthair. C'est un chat très tranquille et équilibré. Il a en général une petite voix douce. Il s'entend bien avec les autres chats, mais ce n'est pas pour cela qu'il n'est pas le meilleur compagnon de l'homme. Il demande beaucoup moins de soins que le persan. Durant la période du changement de fourrure, il doit être peigné et brossé comme tout autre chat. Pour aller en exposition, un Exotic doit également être douché et föhné afin d'obtenir une fourrure douce et volumineuse. .

A. Wittich